Pratiques Phytosanitaires et qualité de l'eau

Comme dans la majorité des exploitations du Béarn, la culture principale sur le territoire est le maïs (60 à 80% de la SAU total des exploitations en moyenne). Dans l'eau de la nappe des captages, la majorité des molécules retrouvées sont des désherbants maïs. Nous allons donc nous concentrer principalement sur le désherbage du maïs. Des insecticides, fongicides et hélicides (contre les limaces) sont également utilisés.

Molécules princiaples retrouvés dans l'eau

Utilisations du produit :

Atrazine et produits de dégradation

Désherbage maïs et voirie

Interdit en zone non agricole (1997) en zone agricole (2003)

Simazine

Désherbant interdit depuis 2003

Chloroacétamides (diméthanamide, alachlore, bentazone, S-métolachlore)

Désherbant maïs, sorgho, soja

Le désherbage du maïs 

La majorité des exploitants à l'exception des agriculteurs bio désherbent chimiquement. 

Les grands types de stratégie de désherbage : 

  • Tout en pré-levée avec des herbicides racinaires
  • Tout en post-levée avec des herbicides foliaires
  • Un programme pré + post-levée
  • Une stratégie mixte combinant interventions chimiques et mécaniques

3 types d'outils de désherbage mécanique :

  • Houe-rotative (fiche houe rotative )
  • Herse à étrille (fiche herse étrille )
  • Bineuse (employé actuellement par 20% des agriculteurs du TAP) (fiche bineuse )

Actions du PAT : 

  • Proposition d'un accompagnement individuel aux agriculteurs du TAP portant notamment sur l'optimisation de l'utilisation des phytosanitaires
  • MAEC sur la réduction de l'IFT de moins 40% par rapport à la référence régionale sur 5 ans est proposée.

Lutter contre les pollutions et les transferts :

Deux types de pollution existent :

Type

Pollution ponctuelle

Pollution diffuse

Définition

Localisée et accidentelle

Sur une grande partie du territoire

Utilisation normale

Exemple

Erreurs de manipulation lors du remplissage/ rinçage du matériel

Stockage

Fuites?

Epandage de phytosanitaire sur une grande surface

Agir

Bonnes conditions de stockage

Rigueur lors des manipulations (remplissage, rinçage?)

Entretien du matériel

Diminuer les doses et les passages

Choisir des produits moins transférables

Epandre au bon moment sur de la végétation déjà en place

Désherber efficacement en préservant la ressource :

Des essais ont été menés dans le but de travailler sur la réduction des herbicides de manière générale, et sur la baisse de l'utilisation des chloroacétamines (le dmta-P avec Isard, Dakota-P?.), mais surtout le S-métolachlore (camix, dual gold S?..) tout en maintenant un désherbage efficace à faible coût. Voici les différentes solutions qui ressortent des fiches 

Solution « tout chimique » : optimiser les doses et réduire les chloroacétamides

1.En pré-levée, associer les matières actives :

Technique :

  • Les associations de chloroacétamides avec de l'Adengo 1,5 l/ha ou du Merlin Flexx 1,7 l/ha

Résultat :

  • bonne gestion des graminées estivales
  •  réduction de la dose d'antigraminées à 60 % de la dose homologuée

2. En post levée précoce, avant 3 feuilles

Technique :

  • les mêmes associations peuvent être envisagées (chloroactéamides + Adengo ou Merlin flexx)
  • L'Adengo seul à 3 f a 1,6 l/ha donne de bons résultats dans le cas d'une pression modérée.

Résultat : 

  • la réduction de dose des chloroacétamides légèrement plus forte qu'en prélevée
  • Renforcement de la persistance et l'efficacité pour faire face aux levées échelonnées. 

Solutions de désherbage mixte : utilisation d'herbicide et désherbage mécanique : 

1.Localiser le désherbage sur le rang : c'est la technique de l'herbi-semis. 

Techniques : 

  • Désherbage classique sur le rang (produit, dose) 
  • Inter-rang interventions mécaniques (1 voire 2 binages)

Résultats : 

  • Réduction de la dose de molécule de 50 à 75% à l'hectare

Difficultés : 

  • Gestion des passages(jours, disponibles, temps de travail) pour un intervention sur adventices jeunes 
  • Une variante consiste à gérer l'inter-rang en chimique lors du rattrapage et le passage en post-levée. 

2.Le désherbinage : Équiper la bineuse d'un système de pulvérisation localisée sur le rang

Techniques : 

  • Utilisée en stratégie de post-levée précoce avec un deuxième binage sans doute nécessaire pour gérer l'inter-rang. 
  • Suite à une pré-levée « classique » dans le but de réduire les doses de rattrapage en ne traitant que sur le rang.

3.En post levée tardive (5 ? 6f)

Technique :

  • Tir à vue en fonction de la flore présente en post levée tardive

Résultat :

  • baisse de doses et de baisse des chloroacétamides 

Difficulté :  

  • réussite aléatoire quand la pression des graminées est très forte 
  • réussite dépendante des conditions climatiques lors du traitement, notamment pour l'hygrométrie.
  • stratégie réservée à des parcelles à sol portant, afin d'avoir un maximum de fenêtres d'interventions et où le salissement par les graminées est modéré.